BanniereFrohmuhl Pays de LPP

8- Les métiers à Frohmuhl dans la période 1738-1792

En consultant le travail de classement fait par Mr Klein Ernest de Tieffenbach, d'après les registres de baptêmes, de mariages et de décès des églises catholiques et protestante de Tieffenbach , on peut avoir une idée de la répartition des métiers pratiqués par les habitants de Frohmuhl à cette époque.
La plupart des habitants sont soit cultivateurs ou ouvriers agricoles (Ackermänner) (parmi eux Dinkel Johannes), soit maçons et tailleurs de pierre (parmi ceux-ci, Dann Jacob vers 1760)
Par ordre d'importance sont actifs aussi des menuisiers- charpentiers , Dieboldt Franz et Jacob entre 1750 et 1792, Pfander, vers 1750, des bergers ( Kuhhirten – Schweine hirten), des fondeurs, -des forgerons-serruriers, Dinkel, Auer, des potiers, Maccard Andreas vers 1740, des meuniers, Gartner, la famille Reinberger de 1740 à 1792, des tailleurs, Hermann Martin vers 1750 des cordonniers, Pfander Antoine, des charbonniers, un tisseur de lin, des aubergistes ,Pfander Antoine, Reinberger à la Donnenbacher Muhl , un garde-champêtre, Oster Lorenz, un sénateur, Reinberger Johannes, des militaires, parmi eux, Mincker Johannes, 1784-1791. Des instituteurs sont présents à Frohmuhl dès le début du 18è siècle.Voir la liste des instituteurs du 18è siècle, dans le chapitre école

Il n'y a jamais eu de sages-femmes attitrées à cette époque à Tieffenbach ou à Frohmuhl. Il y eu une sage-femme de confession luthérienne à Weislingen Elisabeth Schneider jusqu'en 1786, puis une sage-femme de confession catholique, Margret. Drüssel, ainsi que Anna Maria Berron .
À Waldhambach exerçait Christine Ruhl, puis Frau Ensminger.
À Struth, se trouvait la sage-femme attitrée Marg.Magd. Ziebig jusqu'en 1773, puis c'est la femme du forgeron Marth. Schneiz, qui prend la relève, elle n'a pas suivi d'enseignement spécialisé mais elle est tout de même très appréciéeEtwas über das Hebammenwesen in der ehemaligen Graschaft von Lützelstein, L.C.Will, Société d'histoire et d'archéologie de Saverne . 1958.
Il y avait alors à Strasbourg, un enseignement pour les sages-femmes.
Le seul médecin à l'époque se trouvait à La Petite Pierre, Arzt Günther von Lützelstein. Il était ainsi difficilement joignable pour les accouchements difficiles, et la grande majorité des accouchements, se passait en famille avec l'aide de la sage-femmeNotizen zur geschichte des Gesundsheitswesens zu La Petite Pierre.L.C.Will. Société d'histoire et d'archéologie de Saverne, 1958.
Au 19è siècle, s'installent le Dr Hofrichter à La Petite Pierre et le Dr Ertzbischof à Drulingen.



Histoire précédente | Liste des histoires

A propos

Ce site a été réalisé par Thomas Schneider, développeur en informatique.